Life Gypconnect

Des nouvelles de Cayla et de Aigoual au 28 juin 2016

Publié le jeudi 30 juin 2016 - modifie le mercredi 6 juillet 2016

Ouverture de la vire

Cayla et Aigoual, âgées de 120 et 127 jours le jeudi 23 juin, ont enfin pu découvrir les abords de la vire. La cavité a été ouverte à 9h, leur laissant la journée pour arpenter les alentours. Le temps suffisamment ensoleillé et le vent du sud étaient favorables pour l’envol des oiseaux.

Après une journée ponctuée de repas et de siestes, Aigoual a été la première à sortir, vers 18h, suivie de Cayla. Cependant, c’est Cayla qui s’est envolée la première, aux alentours de 18h30, avec un premier vol réussi de 35 secondes et un atterrissage bien maîtrisé. Elle avait l’air stressé après cette première expérience, mais a fait un deuxième essai en volant 45 secondes, atterrissant aux abords de la vire.

L’envol de la plus jeune, Aigoual, se fait toujours attendre…

Rencontres et vols de Cayla

Ces derniers jours, Cayla progresse bien, augmente le nombre et la durée de ses vols quotidiens et rencontre d’autres espèces, notamment les grands corbeaux. En effet, dès le lendemain de son envol, vendredi 24 juin, elle défendait son tout nouveau territoire contre ses nouveaux voisins !

Dans la matinée du dimanche 26 juin, Cayla s’est posée en falaise et c’est à ce moment qu’un jeune vautour moine est venu se poser près d’elle, suivi par un vautour fauve. Tous les trois sont restés quelques temps à s’observer puis Cayla est partie plus loin. C’est alors que Layrou est arrivé dans les falaises et s’est posé tout près d’elle pendant quelques minutes. C’est la première fois que ces deux gypaètes se rencontraient d’aussi près ! Le lendemain, Layrou, encore présent autour de ces falaises, a partagé plusieurs vols avec elle, devant la falaise nommée « Cayla » qui a inspiré son nom.

Lundi, Cayla s’est faite ennuyée par les corbeaux, qui ont fui dès l’arrivée de Layrou à ses côtés.

Les aléas de la randonnée

Alors que Cayla tentait ses premiers vols, Aigoual préférait garder les pattes sur terre et s’essayait à la randonnée.

Aux alentours de midi, alors que la chaleur devenait écrasante, Aigoual s’est faufilée à l’abri d’un buisson de buis. Lorsqu’elle en est ressortie, les surveillants ont pu constaté qu’elle se déplaçait en ménageant sa patte droite.

Au cours de l’après-midi, son boitement semblant s’intensifier, les surveillants ont décidé d’intervenir ; son tarse droit était bleu et gonflé. Aigoual a donc été transportée chez le vétérinaire Marie-Pierre PUECH, qui a déjà soigné à plusieurs reprises des gypaètes barbus, et qui a diagnostiqué une morsure de vipère. Des anti-venins lui sont administrés et elle est en convalescence à la clinique vétérinaire. Son état s’est amélioré ces derniers jours, car elle peut à nouveau poser sa patte au sol et elle ne devrait plus tarder à rejoindre sa sœur.

Nous espérons qu’elle va pouvoir être rapidement relâchée pour pouvoir s’envoler et vivre sa vie de gypaète sauvage !

Plus d’informations

Consultez notre article précédent : Deux jeunes Gypaètes barbu lâchés en Lozère

Partager :