Life Gypconnect

Des nouvelles de Girun et Volcaire au 28 juillet 2016

Publié le jeudi 28 juillet 2016

Girun a pris son envol le 07 juillet dernier. Depuis, elle augmente régulièrement son temps de vol, sans pour autant trop s’éloigner du site de lâcher.

Volcaire, de son côté, fait preuve d’une bonne maitrise du vol. Par deux fois, il s’est retrouvé piégé par des conditions de vol défavorables pour des jeunes oiseaux inexpérimentés (vent violent ou au contraire absence totale d’ascendance). Ces mauvaises conditions de vol l’ont conduit au fond des gorges du Léoux, à proximité du village de Saint-May. Et les deux fois, il s’est facilement sorti de ces mauvaises situations.

L’évènement de ces dernières semaines a été la visite d’un troisième gypaète sur la vallée de Léoux : Trudi, une jeune femelle relâchée en Suisse en 2015 a en effet survolé le site le 09 juillet dernier, et a même rencontré brièvement Girun, qui n’a pas fait preuve, comme à son habitude, d’une amabilité extraordinaire ! Lorsque Trudi est arrivée sur le site, Girun l’a agressée en vol, avant de retourner se poser. La jeune femelle voyageuse a poursuivi son chemin, et est retournée plus au nord-est, en Savoie.

Il s’agit pour nous d’une observation doublement extraordinaire, car nous n’avions encore jamais observé de gypaète dans les Baronnies en juillet. Et de toutes les observations réalisées jusqu’à présent (d’octobre à mai), c’est la première qui concerne un oiseau issu des Alpes centrales. Nous espérons qu’il s’agit là des prémices d’échanges entre les différents noyaux de population, un des 2 objectifs majeurs du programme GYPCONNECT.

Girun et Volcaire sont équipés de balises GPS, permettant d’améliorer leur suivi, lorsqu’ils décideront de s’aventurer un peu plus loin. Les batteries de la balise de Girun sont actuellement déchargées, mais avec l’augmentation de ses temps de vol et le beau soleil qui brille sur les Baronnies, elles devraient se recharger dans les jours qui viennent.

Pour la tranquillité des oiseaux, merci de ne pas tenter de les approcher, mais privilégiez l’observation à distance avec jumelles et télescope. L’observatoire reste pour l’instant le meilleur point d’observation.

Plus d’informations

Suivez les déplacements des 2 oiseaux (1 position toutes les 24 heures)

Consultez notre article précédent : Des nouvelles de Volcaire et Girun au 1er juillet 2016

Partager :