Life Gypconnect

Gypaètes barbus : récit du lâcher dans les Grands Causses

Publié le mercredi 25 mai 2022 - modifie le mercredi 8 juin 2022

Lundi 9 mai, deux jeunes Gypaètes barbus ont été libérés dans une vire rocheuse située dans les falaises au cœur du Parc national des Cévennes.
Il s’agissait du 10ème lâcher réalisé sur le territoire des Grands Causses dans le cadre du programme européen de réintroduction Life Gypconnect.
Retour sur cet évènement en images !

Pour que les chances de succès soient optimales, une opération de lâcher se prépare bien en amont entre les différents partenaires impliqués : le Parc national des Cévennes, la Ligue de Protection des Oiseaux et le Parc naturel régional des Grands Causses.

Trouver le lieu parfait !

Après la constitution des équipes qui auront la responsabilité du lâcher, le premier défi a été, au début de ce programme de réintroduction, d’identifier le lieu de lâcher le plus adéquat et d’avoir le consentement du propriétaire.

Il faut qu’il puisse assurer la tranquillité et la protection des oiseaux, ne pas présenter de danger dans l’environnement immédiat, ressembler le plus possible au nid que les gypaétons auraient eu dans la nature et qu’il permette aux jeunes rapaces de prendre leur envol facilement.

Le choix de Frépestel sur le Causse Méjean s’est vite imposé : il avait déjà été identifié et utilisé lors de précédents lâchers et possède un poste d’observation à une centaine de mètres du nid qui permettra d’observer les oiseaux sans les déranger durant les premières semaines. Par ailleurs, une opération d’enfouissement et de sécurisation de lignes électriques avait eu lieu en parallèle pour supprimer le risque d’électrisation.

Il réunissait donc toutes les conditions requises ! Et, cerise sur le gâteau, c’est une très belle "vire", (renfoncement rocheux sur une zone en pente au milieu des falaises verticales).

Préparer le site de lâcher

S’ensuit une série de réunions à un rythme soutenu qui permettent de définir avec précision le rôle et les responsabilités de chacun, faire un rétroplanning avec la (longue) liste des choses à prévoir.

En parallèle, toute l’équipe est en attente de trois informations cruciales :

  • combien de poussins pourrons-nous avoir ?
  • quel sera leur sexe ?
  • et bien sûr quand pourront-ils rejoindre les grands Causses !
    Entre temps, il faut préparer le site de lâcher : poser des clôtures électriques pour protéger la vire des prédateurs sauvages (renards...) et domestiques (chiens...) et mettre en place des panneaux pour sensibiliser les passants et randonneurs.

Faire un nid douillet

La nouvelle vient de tomber : les grands Causses auront droit à 2 poussins !

On connait également leur origine : les deux gypaètons proviennent du zoo d’Ostrava en République Tchèque et du centre d’élevage d’Asters en Haute-Savoie.

C’est une grande joie pour tout le monde et l’évènement devient d’un seul coup beaucoup plus concret.

D’autant plus que la date du lâcher est désormais connue : ce sera le 9 mai ! Les gypaétons auront alors autour de 90 jours !

La date est très proche et il faut maintenant s’atteler aux derniers préparatifs et notamment la préparation de 2 nids douillets dans lesquels les poussins passeront leurs premiers jours.

J-1 : Préparation des oiseaux

Le grand jour approche et les deux gypaétons viennent d’arriver près du site de leur lâcher !

Afin de les identifier, on leur a posé des bagues et certaines de leurs plumes ont été décolorées. Ils ont également été équipés de balises GPS, afin d’assurer leur suivi après leur envol, qui n’interviendra que dans environ 1 mois.

En effet, une phase d’acclimatation à leur environnement, d’apprentissage et de nourrissage est nécessaire avant cette prise d’autonomie.

Le jour J !

Le jour de l’évènement tant attendu est enfin arrivé !

Les propriétaires du camping qui accueille l’événement sont de vrais passionnés de rapaces. Le lieu est parfait : au calme, avec suffisamment d’espace pour accueillir les visiteurs, avec, en prime, une vue imprenable sur la vire !

Les enfants de 2 écoles locales commencent par la présentation de leurs travaux et dessins de Gypaètes (ils sont devenus de véritables spécialistes !) et mettent fin à un suspense insoutenable... comment seront prénommés les deux Gypaètes du jour ?

Ce sera Rei del Causse et Roc !

Des présentations et allocutions s’ensuivent pour rappeler la biologie du Gypaète et l’importance de ce programme de réintroduction avant le moment tant attendu... la présentation des oiseaux par leurs parrains. Pour Rei del Causse ce sera Alexandre Vigne, premier Vice-Président du PNC et pour Roc, Gilles Vergely, directeur de la Maison des Vautours.

Afin de limiter un maximum le stress pour les oiseaux, la présentation est la plus brève possible. Il est désormais temps qu’ils rejoignent leur nid douillet !

Arrivée sur la vire

Un dernier voyage en voiture pour Roc et Rei del Causse jusqu’à leur vire d’où ils pourront se préparer à voler de leurs propres ailes.

Transportés dans leurs caisses respectives, ils sont ensuite déposés avec délicatesse dans leur enclos.

Après avoir refermé les grillages, les équipes techniques se retirent et les laissent enfin profiter de leur nouveau cadre de vie en silence. Ils ne seront désormais plus dérangés et pourront profiter du panorama avant de prendre leur envol d’ici un mois.

En attendant, une équipe attentive surveillera les nouveaux arrivés et leur évolution au quotidien. Battements d’ailes, interactions, déplacements, fientes... tout sera scrupuleusement noté depuis le poste d’observation situé en face !

Les premières observations montrent d’ailleurs qu’ils ont déjà bien pris leurs aises dans leur espace !

Partager :