Life Gypconnect

Un noyau de population continue de se construire dans les Grands Causses

Publié le jeudi 21 juillet 2022

En fin d’année 2021, avec un effectif de Gypaètes barbus encore jamais connu depuis le début du programme de réintroduction, l’optimisme était de mise dans les Grands Causses.

En effet, 11 individus étaient présents jusqu’au printemps 2022, avec des oiseaux de toutes classes d’âge :

les deux adultes fixés : Layrou ♂ et Adonis ♂,
un adulte imparfait de 6ème année : Calandreto ♂,
un subadulte de 4ème année : Cévennes ♂,
trois immatures de 3ème année : Fario ♀, Aven ♀, Eglazine ♀ et Ophrys ♂,
et trois jeunes de 2ème année : Pyrénées ♀, Peyre ♂ et Pradines ♀.

Actuellement (juin 2022), nous comptons 9 Gypaètes dans les Grands Causses : Layrou, Adonis, Calandreto, Cévennes, Fario, Aven, Ophrys ainsi que Roc et Rei del causse, les deux juvéniles réintroduits en mai 2022.

Les 4 autres gypaètes sont pour l’instant récemment partis vers d’autres horizons.

Revenons sur les récentes pérégrinations de nos oiseaux :

Le printemps et les meilleures conditions de vol s’étant bien installés, les individus réintroduits en 2021, Pyrénées, Peyre et Pradines, ont débuté les explorations plus vastes et ont entamé une phase d’erratisme, dès fin avril 2022. Ils se trouvent actuellement dans le massif pyrénéen :

JPEG - 9.2 Mo

Après des explorations jusque dans l’Aude début avril, Peyre a volé en direction du Nord, le 10/05/2022. Il a atteint l’Allemagne (côte de la Mer du Nord, au Nord-Ouest de Brèmes), le 12/05. Puis, il est reparti sans attendre vers le Sud, en longeant la frontière franco-suisse.
Il était de nouveau dans les Grands Causses le 17/05, où il n’est resté que dix jours avant d’entamer un nouveau long vol mais cette fois vers le massif Pyrénéen.
En effet, depuis le 28/05, Peyre se trouve dans les Pyrénées.

Pyrénées a réalisé un déplacement similaire à celui de Peyre. Elle a quitté les Grands Causses le 10/05/2022 et a volé jusqu’en Allemagne.
En revanche, elle est restée dans le Sud-Ouest du pays (Vallée du Rhin).
Puis, elle a effectué son retour vers les Grands Causses le même jour que Peyre (le 17/05), en longeant elle aussi la zone frontalière France-Suisse, mais avec une excursion dans les Alpes, puis les Préalpes (Baronnies provençales) et enfin dans le Lubéron.
Elle aussi est restée une dizaine de jours dans les Grands Causses avant un nouveau départ, le 29/05.
Là encore, elle a adopté le même comportement que son congénère Peyre puisqu’elle a rejoint elle aussi le massif pyrénéen, le jour-même.

JPEG - 85.6 ko

Pradines a, quant à elle, moins voyagé, du moins dans un premier temps.
Elle a tout de même poussé ses vols exploratoires jusque dans le Morvan mi-mai 2022. Puis, elle a effectué une excursion à l’Ouest du Limousin avant de faire un trajet aller-retour dans le massif ardéchois fin mai 2022, ou encore une exploration dans le Nord du Massif central début juin.
Elle a finalement pris la même direction que ses deux congénères et les a rejoint dans les Pyrénées le 11/06/2022.

Depuis leur arrivée, les deux femelles Pyrénées et Pradines se cantonnent à l’Est du Parc National d’Ordesa et Mont Perdu (Aragon).
Peyre s’est davantage déplacé sur le massif, des Pyrénées Atlantiques jusqu’à l’Est du Parc National d’Ordesa et Mont Perdu.

Depuis début mai 2022, Eglazine se trouve aux Pays-Bas. Il s’agit de son deuxième voyage au Nord-Est de l’Europe.

JPEG - 3.3 Mo

Les trois autres gypaètes réintroduits en 2020 avaient jusqu’à récemment eu des comportements de vols beaucoup plus restreints qu’Eglazine.
En effet, aucun des quatre individus n’avait quitté le secteur. Mais Fario et Ophrys ont crée la surprise en explorant des territoires éloignés des Grands Causses pour la première fois :
Fario avait, depuis son envol en 2020, poussé quelques explorations vers les contreforts cévenols de l’Ardèche.
Mais, depuis un mois, elle a parcouru d’importantes distances : Depuis début juin 2022, elle s’est déplacée en direction l’Ouest et du Sud-Ouest. Elle a notamment survolé le Caroux et la Montagne noire à deux reprises, avant de prendre la direction du Nord, jusqu’à atteindre Troyes le 19/06 ! Elle a finalement repris la route du retour vers les Grands Causes le lendemain.
Ophrys a lui aussi récemment réalisé des explorations plus lointaines. Il quant à lui exploré le Cantal et l’Est du limousin courant juin 2022.
Mais ces deux individus, Fario et Ophrys, sont actuellement revenus dans les Grands Causses.

Aven, et Cévennes nous confirment avoir des comportements bien plus "sédentaires" et sont fidèles aux Grands Causses.
Cévennes continue de fréquenter essentiellement le secteur des gorges de la Dourbie et le Nord du causse du Larzac.
Aven n’hésite pas à rendre régulièrement visite aux deux juvéniles lâchés en mai dernier, Rei del causse et Roc.

Calandreto est observé beaucoup plus ponctuellement dans les Grands Causses. Cet oiseau n’étant plus suivi par balises GPS (perdue en mai 2019), seuls quelques contacts nous permettent d’attester sa présence. Depuis quatre ans, cet oiseau passe la période hivernale dans les Grands Causses puis quitte le secteur au printemps. Mais, au printemps 2022, Calandreto était encore observé dans les gorges de la Jonte (dernière observation en mai 2022), cela laissant espérer une fixation.

JPEG - 125.1 ko

Enfin, Layrou et Adonis, les deux mâles adultes fixés en Lozère sont toujours fidèles aux gorges de la Jonte.

Partager :