Life Gypconnect

Electrocution d’un des cinq gypaètes relâchés dans les Grands Causses

Publié le jeudi 18 juillet 2019

Buisson victime d’une bien triste mésaventure

Le 04 juillet, 2 jours après son envol, nous l’avons retrouvé électrocuté sous une ligne électrique. Il s’agit pourtant d’une ligne équipée de systèmes visuels conçus pour permettre aux oiseaux de l’identifier et ainsi de l’éviter.
Le corps de Buisson a été très rapidement pris en charge par la vétérinaire référente du Centre National d’Informations Toxicologiques Vétérinaires, Florence Roque, et les résultats de l’autopsie n’ont pas révélé d’autres symptômes qui auraient pu causer la mort de l’oiseau.
Les collisions avec des câbles électriques sont une des menaces qui pèsent le plus sur les grands rapaces.
Cet évènement, aussi accablant soit-il, ne doit en rien entraver la bonne continuité de ce lâcher et la motivation qui le porte.
Si les gypaètes sont suivis de près et que beaucoup d’efforts sont réalisés pour réduire les menaces, nous ne pouvons malheureusement pas tout maîtriser.
Toute l’équipe en charge du suivi se concentre sur les quatre gypaètes prometteurs qui constituent un véritable espoir pour l’avenir.

Les nouvelles des quatre autres gypaètes

Europe s’aventure de plus en plus loin. Il s’est notamment autorisé une virée vers Mende, puis sur le Larzac ! Il revient néanmoins tous les jours à la vire et dort toujours très proche des deux femelles.
Lausa et Monna se montrent plus timides dans leurs vols et ne vont jamais bien loin. Néanmoins elles progressent tant dans leur technique de vol que dans leur recherche de nourriture, surtout pour Lausa. Monna ne semble pas pressée de devenir autonome et quémande régulièrement aux autres gypaètes, même lorsqu’elle a bien mangé ! Toutes deux défendent la vire contre les intrus.
Arcana est par ailleurs vue moins souvent. Il faut dire qu’elle s’est faite houspiller par chacun des petits jeunes !
Cévennes se débrouille très bien en vol, nous l’avons même vu effectuer des "loopings" en l’air ! Il imite et suit d’ors et déjà Europe autour de la vire. Peut-être bientôt le suivra-t-il vers d’autres horizons ?

Partager :