Life Gypconnect

D’évaluation des impacts du projet

<media28|insert|center>
L’ensemble des résultats et des impacts du projet sera évalué régulièrement et sur toute sa durée via un suivi et une évaluation scientifique). La pérennité des actions engagées sera assurée par un plan stratégique spécifique.

Quelques indicateurs de résultats

Le projet va permettre la création de nouveaux noyaux de population du Gypaète barbu dans le sud du Massif-Central et la Drôme. Il va ainsi permettre le désenclavement de ses populations des Alpes et des Pyrénées en favorisant l’existence de flux d’individus et de gènes entre ses différentes populations et plus globalement au sein de sa métapopulation européenne.

Quelques résultats attendus

Créer de nouveaux noyaux de population

  • Aménagement de 2 à 3 sites de libération supplémentaires puis l’entretien et le fonctionnement des sites de libération.
  • Mise à disposition par la VCF d’au moins 4 oiseaux par an durant toute la durée du projet (2015-2021).
  • Libération de 2 à 4 oiseaux/an en moyenne sur la durée du LIFE.
  • Cantonnement de 1 à 2 couples dans les zones du LIFE d’ici la fin du projet.
  • Existence d’échanges d’oiseaux entre les différents noyaux de populations des Alpes aux Pyrénées d’ici la 2ème année de réalisation du projet.

Améliorer les ressources trophiques

Par la création de 10 à 23 placettes d’équarrissage, de 6 à 16 sites de "nourrissage spécifique Gypaètes", de 0 à 15 territoires d’équarrissage naturel hors placette.

Assurer la quiétude et la sécurité des sites

  • Neutralisation du réseau électrique dangereux dans les Baronnies (3,5 km de tronçons électriques), en Lozère et en Aveyron (2,5 à 5 km de linéaire/an).
  • Intégration dans les SRCAE concernés des cartographies des zones de sensibilité majeure du Gypaète barbu.
  • Surveillance et lutte contre la menace toxique qui doivent aboutir à terme à une gestion préventive de cette menace.
  • Expérimentation et valorisation de munition sans plomb dans le département de la Lozère sur toute la durée du LIFE.
  • Prise en charge des gypaètes en situation de détresse par un réseau de centres de sauvegarde.
  • Limitation des sources de dérangement et consolidation de partenariats et des actions d’information et de sensibilisation.
  • Sécurisation des sites de libération par la surveillance, l’organisation d’accueil à proximité des sites afin d’informer et d’orienter les visiteurs.

Améliorer la connaissance et évaluer le programme

  • Analyse des données démographiques et spatiales.
  • Modélisation de la dynamique de population.
  • Production d’indicateurs et d’un guide technique de suivi des populations.
  • Production d’au moins une publication scientifique.

La pérennité des résultats sera assurée dans le cadre du plan d’actions européen et de la stratégie développée à l’occasion du programme.

Toutes les versions de cet article :

Partager :